Billeder på siden
PDF
ePub
[ocr errors]

de cristalliser, et formé de 1 atome de soufre et 2 atomes
de phosphore, conséquemment à proportions définies.

D'après cette observation , il était à présumer qu'en
mettant en contact de l'hydrogène sulfuré avec les deux
chlorures de phosphore , on obtiendrait deux sulfures de
phosphore également à proportions déterminées. Les
expériences que j'ai faites à ce sujet n'ont pas présenté
exactement les résultats qu'on pouvait prévoir ; mais
elles en ont offert d'autres non moins intéressans,et tout-
à-fait nouveaux.

On a introduit dans un flacon plein de gaz hydrogène sulfuré sec, du perchlorure de phosphore en poudre , et on a assujetti le bouchon. En peu de temps, le contenu s'est converti en un liquide incolore et transparent, et en gaz acide hydrochlorique ; il y a eu développement assez fort de chaleur sur le point où se trouvait le chlorure de phosphore.

· En supposant la réaction telle que tout serait transformé en sulfure de phosphore et en acide hydrochlorique, j'avais calculé que 35,785 de perchlorure seraient suflişans pour chaque litre d'hydrogène sulfuré com

posé de

} 1,547.

[ocr errors]

I atome soufre.... 1,456

2 at. hydrogène... 0,091
Mais, en examinant ce liquide , j'ai reconnu qu'il con-
tenait du chlore, du phosphore et du soufre; consé-
quemment, que c'était un chlorure de phosphore et de
soufre sur lequel l'excès d'hydrogène sulsuré cessait
d'agir : alors j'ai augmenté la quantité de perchlorure de
phosphore, et je l'ai établie, pour chaque litre d'hydro-

[merged small][ocr errors]

gène sulfuré, à 78,955, ou un peu moins, afin que celui-ci fût en excés. Pour la préparation de ce chlorure de phosphore et de soufre, on peut également faire arriver sur le

perchlorure de phosphore contenu dans un ballon , un courant modéré d'hydrogène sulfuré desséché. On voit le liquide se former successivement, et à la surface du chlorure solide, il se manifeste un mouvement vif d'ébullition dû au dégagement de l'acide hydrochlorique. On doit faire passer le tube chargé d'apporter le gaz hydrogène sulfuré à travers un bouchon adapté au flacon, et muni d'un autre tube vertical pour donner issue au gaz acide hydrochlorique et à l'excès d'hydrogène sulfuré. Néanmoins, pour éviter toute perte, il est mieux de remplir d'abord le ballon d'hydrogène sulfuré, et d'y introduire ensuite le chlorure de phosphore, et fermer comme on l'a dit.

On retire le produit et on le distille dans une petite cornue;

il peut subir cette opération indéfiniment sans altération. Il est d'abord un peu opalin, mais en peu

il devient transparent et incolore comme l'eau la plus limpide; il est plus pesant que l'eau ; it a une odeur particulière, un peu piquante et aromatique, mêlée de celle d'hydrogène sulfuré; au contact de l'air, il donne quelques vapeurs ; il entre en ébullition à 125 degrés.

L'odeur d'hydrogène sulfuré qu'il répand à l'air dépend de l'action décomposante qu'il exerce sur l'humidité atmosphérique. Car ce chlorure, traité dans l'appareil ordinaire par l'oxide de cuivre, n'a pas donné de traces

de temps

d'eau , ni d'aucun gaz; ce qui prouve l'absence absolue d'hydrogène dans sa composition.

Pour avoir une donnée sur les proportions des élémedis de ce nouveau composé, on a poté la quantité qu'on pouvait en obtenir d'une quantité déterminée de perchlorure de phosphore.

5 at. chlore. . 16,99 20 gram. perchlorure de phosphorei at. phosphore 3,01

20,00

ont produit; chlorure de phosphore et de soufre 16,355.

Ce qui démontrerait que le perchlorure de phosphore perd dans cette circonstance 2 atomes de chlore , étant ainsi ramené à l'état de protochlorure, lequel s'unit chimiquement à i atome de soufre remplaçant les 2 atomes de chlore disparus sous forme d'acide hydrochlorique ; puisqu'on devrait avoir dans cette suppo-. sition :

3 at. chlore.... 10,194
I at. phosphore...

3,010
i at. soufre..... 3,080

16,284,

au lieu de 16,355. Ce petit excès de poids peut tenir à la présence d'une certaine quantité de gaz acide hydrochlorique non complètement expulsé du ballon où s'est fait l'expérience.

J'ai essayé de produire le chlorure de phosphore et de soufre en mêlant et distillant du sulfure de phosphore liquide avec du protochlorure de phosphore. Le proto

chlorure s'est d'abord volatilisé seul, et le sulfure de phosphore resté a fait explosion à la fin.

Du soufre et du phosphore, séparément, ont été mis dans du chlorure de phosphore et de soufre pour voir si celui-ci serait susceptible de se combiner avec une plus grạnde proportion de l'un ou de l'autre ; il s'en est dissous peu à froid et beaucoup plus à chaud, mais, par le refroidissement, l'excès s'en est séparé. Ensuite, par la distillation, le chlorure, un peu coloré en jaune, repris toute sa blancheur, abandonnant encore dans la cornue la petite quantite de soufre ou de phosphore qu'il avait pu retenir.

Ces expériences prouvent que le chlorure de phosphore et de soufre est bien un composé à proportions définies, qui ne doit sa formation qu'à la circonstance favorable de l'état naissant et du protochlorure de phosphore et du soufre; ce qui me l'a fait considérer comme un composé de protochlorure de phosphore et de soufre, plutôt que comme un chlorure double. Car, quel que soit l'excès d'hydrogène sulfuré qu'on mette en contact avec ce chlorure, quelque prolongé que soit ce contact, ainsi qu'on l'a déjà dit, il n'éprouve aucun changement; tandis que le protochlorure de phosphore, dans la même circonstance, est bientôt converti en un corps solide, dont nous dirons un mot tout à l'heure.

Soumis à l'action de l'eau, le chloro-phosphure de soufre se décompose lentement à la température ordinaire; il faut plusieurs jours : on hâte cette décomposition, qu'on peut obtenir en beaucoup moins de temps, par une agitation fréquente , ou en quelques heures par la chaleur. Dans tous ces cas ,

il se forme des vapeurs

blanches très-épaisses qui se condensent; du soufre divisé se dépose, et rend la liqueur lactescente quand on emploie l'eau seulement.

Avec l'ammoniaque liquide ou la potasse caustique en dissolution, la décomposition est assez prompte à l'aide de l'agitation, la température s'élève au point de contact; dans ces cas, comme dans les précédens, il se forme de l'hydrogène sulfuré, de l'acide hydrochlorique, et de l'acide phosphorique (1), conséquemment des sels quand il y a le concours des bases.

Le nitrate d'argent y produit un précipité grisâtre, abondant, mélangé de chlorure, de sulfure et de phosphate jaune d'argent.

Analyse du chloro-phosphure de soufre.

La quantité de chlore a été constatée eu traitant le chloro-phosphure de soufre par la potasse caustique dans un ballon à long col, chauffant légèrement et agitant; 1 gramme a été employé dans chaque expérience.

Cette dissolution a été ensuite soumise à l'ébullition, avec un grand excès d'acide acétique pour expulser l'hydrogène sulfuré, et réduite à siccité. Le résidu, dissous et filtré, a fourui, par le nitrate d'argent, un précipité qui a été redissous dans l'ammoniaque, et reproduit par l'acide nitrique en excès, pour en séparer quelques parties de sulfure d'argent qui s'y sont toujours trouvées.

(1) L'atome de soufre exigeant 2 atomes d'hydrogène pour former de l'hydrogène sulfuré, la quantité d'eau, décomposée dans ce sens, est égale à celle que le perchlorure de phosphore décomposerait dans la même circonstance.

« ForrigeFortsæt »