Billeder på siden
PDF
ePub

cette hypothèse donne un décroissement beaucoup plus faible. Je vous communiquerai prochainement le détail de nos observations et quelques idées sur la distribution des forces magnétiques dans le globe terrestre qu'elles m'ont suggérées. Agréez, Monsieur, etc.

Eaux minérales du Caucase, ce 29 juillet (10 août) 1829.

PROCÉDÉ pour obtenir l'oxide de cobalt pur.

Par M. QUESNEVILLE fils.

JE traite directement la mine de cobalt par l'acide nitrique, sans la griller. J'évapore la dissolution à siccité, et je reprends par l'eau. Je précipite alors avec attention par le carbonate de potasse, jusqu'à ce que je m'aperçoive que l'àrséniate de cobalt commence à se précipiter à son tour. Je sépare par le filtre l'arséniate de fer qui vient de se précipiter, et je verse dans la liqueur une dissolution d'oxalate acide de potasse. Au bout de quelques heures, tout l'oxalate de cobalt est précipité; le fer, l'arsenic et presque tout le nickel restent en dissolution. Le précipité, bien lavé, peut être alors traité par l'ammoniaque, d'après le procédé de M. Laugier, si l'on veut avoir l'oxide rigoureusement pur, et il suffira de le traiter à chaud par un peu d'ammoniaque, qui dissoudra en premier l'oxalate de nickel. Dans le cas contraire, la quantité de nickel étant tout-à-fait minime, il ne restera qu'à décomposer l'oxalate de cobalt par le fer, dans un vase ouvert. L'oxide de cobalt qu'on obtiendra ne contiendra ni fer, ni arsenic, et ne sera souillé que par quelques traces de nickel.

(Journ. de Pharm., t. xv, p. 291 el 411.)

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Sur quelques Combinaisons du brome , et sur

sa préparation.

Pan M' C. Löwig.

Bromide (perbromure ) de mercure, et oxide de mercure. Le bromide de mercure dissout à chaud l'oxide de mercure, et par le refroidissement il se sépare un sel en grains cristallins d'un jaune citron. On obtient la même combinaison en précipitant le bromide de mercure avec une quantité insuffisante de potasse ou de soude, et en faisant bouillir le précipité avec la liqueur surnageante. Il paraît qu'on peut l'obtenir encore en décomposant le bromide de mercure par l'ammoniaque. La chaleur la décompose; de l'oxigène se dégage, et il se volatilise du bromide et du bromure de mercure qu'on peut séparer facilement par l'alcool ; il reste de l'oxide de mercure dans le vase distillatoire. Cette combinaison est insoluble dans l'eau froide; mais elle se dissout un peu dans l'eau bouillante , et s'en sépare par le refroidissement en petites aiguilles d'un jaune citrin, L'alcool la dissout facilement. La potasse et la soude en précipitent l'oxide de mercure; mais l'ammoniaque ne parait pas la décomposer. Une dissolution de bromide de mercure, exposée au soleil, se décompose en bromure de mercure et en acide hydrobromique, sans doute avec dégagement d'oxigène.

Le sel ammoniac dissout facilement le bromide de mercure. Le carbonate de polasse ou de soude précipite de la dissolution une poudre blanche légère, qui paraît semblable au précipité que produit l'ammoniaque dans une dissolution de bromide de mercure; ce précipité

8

T. XLII.

est probablement analogue au mercurius præcipitatus albus.

Bromate et bromide de mercure. On obtient aisément ces deux sels en faisant agir ensemble de l'oxide de mercure, du brome et de l'eau ; on les sépare l'un de l'autre au moyen de l'alcool qui ne dissout que très-peu de

bromate.

Bromure de plomb. Le minium, mis en digestion avec du brome et de l'eau, produit du bromure et de l'oxide puce de plomb. En filtrant la liqueur, après l'avoir chauffée, le bromure cristallise en aiguilles blanches éclatantes. Ses propriétés sont semblables à celles du chlorure de plomb.

L'iodate de potasse donne, avec le sulfate d'oxidule de fer, un précipité d'un rouge brun, soluble dans une grande quantité d'eau; mais le bromate de potasse ne précipite ni le sulfate de fer, ni le sulfate de cuivre.

Bromate d'argent. Il est soluble dans l'ammoniaque, mais non dans l'acide nitrique; il déflagre sur les charbons comme le salpêtre.

Bromate de potasse. Un mélange de ce sel avec du soufre s'enflamme au moyen de l'acide sulfurique, ou le choc.

par

Hydrate de brome. Il se forme très-facilement, à une température de 4 à 6o, en faisant passer de la vapeur de brome dans un tube mouillé d'eau; en un quart d'heure, tout le tube est rempli d'hydrate.

Bromure de potasse. Le brome se comporte exactement avec le carbonate de potasse comme le chlore. La combinaison de ces deux corps détruit presque aussi promptement les couleurs que celle du chlore, et les

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

J'ai fait beaucoup d'essais, mais en vain, pour obtenir une combinaison de brome et d'oxigène au-dessous de l'acide bromique; néanmoins on peut supposer, comme Berzelius l'a fait pour le chlore, que, dans certaines che circonstances, il se forme d'abord du bromite de potasse

YOU

et du bromure de potassium, et que la première combinaison se maintient jusqu'à ce que l'alcali soit saturé à un certain point, époque à laquelle le bromite se transforme en bromate et en bromure. Si cette hypothèse est vraie, il ne doit point se former de bromate de potasse pendant l'absorption du brome par le carbonate de potasse, ainsi que Berzelius l'a montré pour le chlore.

J'ai commencé par saturer une dissolution de carbonate de potasse avec du bromure de potassium, et j'ai du ajouté peu à peu du brome en agitant continuellement. Le liquide prend une couleur jaunâtre, et possède la propriété de décolorer; il ne s'en dégage pas d'acide carbonique, et l'on voit se précipiter instantanément une grande quantité d'un sel pulvérulent, cristallin, qui, lavé jusqu'à ce qu'il ne décolore plus, est un mélange de bromate de potasse et de bromure de potassium.

Après la séparation du sel, on a ajouté du brome à la dissolution, tant que son odeur a disparu. Il s'est précipité une nouvelle quantité de sel, mais de moins en moins, et le liquide décolorait au plus haut degré. On n'a

une

[ocr errors]

ue.

ar

[ocr errors]
[ocr errors]

acides affaiblis en dégagent le brome. La potasse caustique donne des produits différens; elle forme instantanément du bromate de potasse et du bromure de potassium, et n'a pas la propriété de détruire les couleurs; mais, aussitôt qu'on ajoute un acide, il se dégage : du brome.

te

I

« ForrigeFortsæt »