Rapin-Thoyras: sa famille, sa vie et ses oeuvres

Forsideomslag
A. Aubry, 1866 - 265 sider
 

Hvad folk siger - Skriv en anmeldelse

Vi har ikke fundet nogen anmeldelser de normale steder.

Andre udgaver - Se alle

Almindelige termer og sætninger

Populære passager

Side cxxxix - Française expatriés pour cause de religion, sont déclarées naturels Français et jouiront des droits attachés à cette qualité, s'ils reviennent en France, y fixent leur domicile et prêtent le serment civique.
Side lviii - Salut : parceque nous avons délibéré de faire lever promptement & mettre fus bon nombre de gens de guerre tant de cheval que de pied pour nous garder fervir & prevalloir aux occafions qui s'exécuteront duquel il eft befoin de bailler la charge de conduite à quelque bon vaillant & expérimenté perfonnage a nous feur...
Side 143 - Ah! honte de la réformation! ah! souvenir digne d'ouvrir une source éternelle de larmes ! Rome, qui nous insultes et nous braves, ne prétends pas nous confondre en nous montrant ces galères que tu remplis de nos forçats, dont tu aggraves les peines par le bâton sous lequel tu les abats, par les chaînes dont tu les accables, par le vinaigre que tu répands sur leurs plaies ! Ne prétends pas nous confondre en nous montrant ces cachots noirs...
Side 320 - L'Angleterre lui fut longtemps redevable de la seule bonne histoire complète qu'on eût faite de ce royaume , et de la seule impartiale qu'on eût d'un pays où l'on n'écrivait que par esprit de parti : c'était même la seule histoire qu'on pût citer en Europe, comme approchant de la perfection qu'on exige de ces ouvrages , jusqu'à ce qu'enfin on ait vu paraitre celle du célèbre Hume , qui a su écrire l'histoire en philosophe.
Side 129 - afin d'effacer la mémoire des guerres paffées & de « faciliter l'administration de la juftice, en ôtant le prétexte à nos fujets « catholiques de fe fervir du nom & des privilèges de ceux de la reli« gion prétendue réformée, pour perpétuer les procès dans les familles « par des évocations ou des règlements de juges. » Pour comprendre tout ce qu'il y avait de fpécieux & d'inique dans ces affirmations menfongères, il faut rappeler que les Chambres de l'Edit connaiflaient, aux termes...
Side 219 - Font en tout* saison un aimable printemps. C'est là qu'est mon soleil dont la douce influence Rend les bois toujours verts, les prés toujours fleuris, C'est là que la beauté jointe avec l'innocence De ce lieu si charmant font un vrai paradis. Sur ces bords enchantés, chéris de la nature, Tu trouveras ma nymphe en faisant ton chemin , Porte de son côté ton onde la plus pure, Baise son pied d'ivoire ou sa charmante main. Peut-être, ah! doux espoir! cet objet qui m'engage Se plaint de mon absence...
Side 200 - Prior, fecrétaire de l'ambaflade, auquel on demandait fi les palais du roi d'Angleterre étaient aufîî glorieufement ornés, fit cette réponfe plus mordante que ne le voulait la prudence : « Non, dit-il, il ya partout des monuments des grands « exploits de mon maître, excepté chez lui. » Rapin-Thoyras avait accompagné fon élève & fe trouvait mêlé aux Cavendish, aux Haftings, aux Stanhope, à cette efcorte brillante de grands feigneurs & de diplomates qui fervaient d'auréole au brillant...
Side 231 - mixte, qui n'eft aucun de ceux qui viennent d'être nommés, & qui « néanmoins eft compofé du mélange de tous les trois. Les prérogatives « du Souverain, des Grands & du Peuple y font tellement tempérées « les unes par les autres, qu'elles fe foutiennent mutuellement. En même « temps, chacune de ces trois puiflances, qui ont part au gouvernement, « peut mettre des obftacles invincibles aux entreprifes que l'une des « deux autres, ou même toutes deux enfemble, voudraient faire pour...
Side 144 - Veux-tu nous couvrir de confusion? montre, montrenous les âmes que tu nous as enlevées; reproche-nous, non que tu as extirpé .l'hérésie , mais que tu as fait renier la religion , non que tu as fait des martyrs , mais que tu as fait des déserteurs de la verité (1).
Side 243 - J'avoue que je crus pouvoir réufîir dans ce deflein, quoique d'autres puffent fans doute l'exécuter beaucoup mieux que moi. « La différence qu'il ya entre le gouvernement d'Angleterre & celui des autres royaumes fait que, pour écrire l'hiftoire de celui-ci, il faut s'écarter un peu de la route ordinaire. Dans les autres hiftoires, c'eft le Prince qui en fait, pour ainfi dire, l'unique fujet & qui eft le principal objet de l'hiftorien. Dans celle d'Angleterre, le Prince & l'Etat ne peuvent...

Bibliografiske oplysninger