Billeder på siden
PDF

pour l'ufage de l'homme fçuli aura efié par luy confommée bien ou mal, car il el’r le canal par lequel cette mariere .& toutesles chofes qui en ont cité faites, doivent retourner à leur Createut , & alors le groflier du corps humain ref-‘ fufcitera & fera reconjoint au fubtil de ce mefme corps & à [ou ame, &pour cela le gtoffier corruprible fera couverry en incorruptible , c’ei’e à_ dire le corps tresfenfuel en corps fpiriœel ; car comme nous dit encore 5. Paul en fa n‘iefme Epifirs Çhapitre ;. il

[graphic]
[ocr errors]

eassmr. % nousfaur comparoil’tte de1 vaut le Tribunal de Iefus— Chrift,:æfin qu'un chacun tap— porte les chutes Faire_s par fort corps, felon qu’il a fa1t,foit bien >-Î0lt mal. . Nous avons dans les chofes corporelles une efpece d’idée squoy que tres-conful‘mde mûre refurrec’lion future. Par exemple , les femcnccs de certaines herbes ou plantes, & & de certains animaumfouf} fient une putrefaétion tendant ä gencrarion, & le grof

[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]

meure teeueilly comme dans un point , où J’efprit feminal pur & dégagé de ce groflier, \ le joint à un autre corps nou. veau . qui luy convient, & produit un individu femblablc en efpece â celuy de qui la* femenec efi l‘ortie , fc baflif— Ïant par le fecours de l‘efprit celeflc univerfel un domicile de mel'me nature que celuy de (on pere.

L'on n’a pas mefme quel— quefois befom pour cela de la femence vegerale & a&uellc. Il a eflé experimœté qu’en quelques plantes ou herbes

[graphic][graphic]

GALA%ÆË ‘97 fimples , & en quelques ani— maux , comme les Ecrevices 4 & amies , otî la mixtion des Elemens n’efl pas 5 exaûc 2’66 parfaite que dans les efpeces Ïuperi-eurcs , les cendres qui s'en tirent par la calcinarion e&ant d1fpofêes par quelques petits arteletnens , le fel eŒentiei qui yellt relié, fait naiflre des plantes & des animaux qui le revivificnt 85 caufent une maniere de refur— re€tion.

Qgercetan, Auteur veridique, nous allure d’avoir vert dans le Cabinet d’un Curieux,

des fioles bien clofes , dans lefquelles il y avoir feparé— ment des cendres de plantes âfleur , qui avaient ef’t_é préparées, defquelles a avec une chaleur douce , mife deflous, il forroit l’effigie de la plante & de la fleur avec leurs couleurs; & ainfi ilfaifoit paroifire des plantes & des fleurs en tout temps.

L'on voit aufli dans la lcfli-‘ vc des cendres d’une lente: entre autres de l’Orrie ,efiant glacée,paroifire l’effigie de la plante en glace.

J'ay Veu l’experience des

cendres

[graphic][graphic][graphic][ocr errors]
« ForrigeFortsæt »