Billeder på siden
PDF
ePub

TAERCVRE

FEVRIER 1694.

I

E ne puis mieux commencer ma Lettre que

par le Sonne que je vous envoye. Il convient alléz à la situarion des affaires d'aujogrd'høy:

SI

222 SSS2S23SSSSS22

SONN E T.

A U

ROY.

Grand Roy, plein de rendreffe, &

dont la prévoyance Eft fans cesse occupée ax bien de fes

Sujets, L'on estoit menacé d'une disette ens

France, Et par soni la frayear grofisoit les

objets.

?

L'Etranger attentif, flaté par l'appa

rence

Sve ce malheur public formoit de

grande projets,.. Mais,

igrace à ton amour, tes soins

& ta prudence, Les Bleds vont devenir moins rares

que jamais.

[ocr errors]

Nous voilà delivrez de cette inquita

tude ; Mais ,grand Roy , del'Hiver la favor

Son eftant rude, Les Peuples ont souffert un nouvel

embarras.

2

Ils se font veus du froid la victime

la proyed

Leurs buchers pour la gloire , 6. Tes

heureux Combats, Ont efté cette année njez ex feux de

joye.

Ce Sonnet est de M* des Lucinicres, Senechal de Bourgucil

. Quoy que l'usage & la Poésie autorisent l'espece d'exageration qui s'y trouve, il eft ncanmoins constant que les Victoires du Roy ayant esté continuelles pendant l'Esté dernier , ont fait chanter plufieurs Te Deum pour les

avantages remportez en Allemagne, en Italic, en Catalogne, & sur Mer. Ce sono

de ces faits qui doivent cong fondre fes Ennemis, lors qu'ils s'efforcent de rabaisser la gloi. re de la France. Si la difette des bleds l'a fait souffrir, les Ennemis n'ont pas l'avantage d'avoir coniribué à fon mal "par la force de leurs 'armes, certant certain qu'ils ne peu:vent se varrer d'avoir remporté aucun avantage fur nous, ny de nous avoir pris un pouce de serre.

Puis que la premiere partic du Traité de M' Marigner, que je vous envoyay le mois

« ForrigeFortsæt »