Billeder på siden
PDF
ePub

les signes cxterieurs ; & les preuves de l'innocence & de la bonne difpofition de fon ame. C'est pourquoy on a die de cour icmps avec verité que l'habitude est une secondo

nature.

Les preuves & remarques qui viennent d'estre faices nous font voir clairemene, que dans cette societé du. corps & de l'ame, le bonheur, ou le malheur des deux affo. cicz dépend toujours de l'un d'entre eux ; le malheur , fi l'ame se laisse gouverner par le corps,

& fi clle ac fe fert

aux

que des esprits naturels

vegcraux & fenfitifs , car elle demeurera toujours prisonniere dans la sphere d'activité de fon imagination & de ses sens, & partant soumise avec ses puisances supericures imperfections & emportemens de ces deux puissances brucales, sans pouvoir s'élever dans les puissances discursive & intellective, auquel estar elle demeurera accabléc de tous les vices & de toutes les passions, dont l'homme déreglé, & sans raison, á esté capable pendant sa vie tem

porelle, & cer cstat malheu, reux luy durera non seulement jusques à la mort, mais cncore aprés la mort, car les elprits des sens & de l'imagination estant corrompus par le mauvais usage que l'homme en a fait , fervant comme d'évestre à son ame , qui ne les quitte pas , luy font fouf. frir d'une maniere spirituelle & transcendanre, le tourmene des passions qu'elle a habituées avec son corps, & outro cela elle reçoit par avance le juste jugement des peines qu'elle connoist fort claire

mene cítre deuës à ses crimes, & les souffre en attendant le grand & dernier jour , auquel ce jugement luy sera solemnellement prononcé, & cxecuté avec rigucur , selon que l'Eglise nous l'enseigne. Mais si pendant cette vie, nous ne laillons

pas tout-à fait dominer les puissances superieures, nous ne souffrirons que des peines legeres , pour cxpier nos faures de foiblesse, non malicieuses & affectées, & ainsi l'ame & ses esprits corporels feront purifiez de leurs taches.

Nous avons icy.bas l'ima. ge de ces punicions differentes; representée dans la conduite des procedures & ordres de la Justice mondaine , laquelle punir les crimus à l'imitacion de celle de Dieu , nous en ayanc laisé une idée

proportionnée à la foibleme de noftre nature; car les hom. mes criminels, selon les loix ordinaires, sont d'abord enfermez dans les prilons ou cachors, selon la qualité de l'accusation & de leur crime, ce qui leur interdic le commerce ordinaire avec les au.

« ForrigeFortsæt »