Billeder på siden
PDF
ePub

& marquoit en toutes choses uneconduite fi fage& G pleine de réfpect, qu'on ne pouvoit s empêcher de l'estimer. La Dame avoit crop d'esprit pour ne pas s'appercevoir que les sentimens alloient à l'amour, & qu'il luy feroit aisé de s'en faire aimer avec excés, pour peu qu'elle voulust luy monîtrer des correspondance ; mais le Marquis dépen. doit d'un Pere fort riche; cncore assez jeune , & qui estoit fi avare, qu'il n'en tiroic qu'une fore legere : avance pour paroistre dans le monde. Ce Pere estoit d'ailleurs fi

imperieux & fi emporré, que fi con Fils cuft ofe fonger à disposer de luy.mcíme, il n'y a rien qu'il n'eust deu apprehender. La connoissance quelle our de toutes ces choses l'obligea de sefifter av panchant qui l'auroie portée à l'écouter. Si.teft qu'il commonçoit à l'entretenir de ce qui fc passoit dans fon caur pour elle, elle le prioit d'ouvrir les yeux sur l'inutiliié de l'engagement qu'il vouloit prédre, puis qu'il ne la trouver roit jamais difpofécà rien de cc qui pouvoit avoir la moindic

apparence de galanteric,& que dans la dépendance où il clo toic, il ne pouvoit luy estre permis de s'abandonner à des fanrimens qui convinssent à une personne de son caractete qu'aucune consideration de toutes celles qui avoienc ac. coutumé de faire des liaisons, ne pouvoir faire manquer à ce qu'elle se devoir. Quelque plaifir mesme qu'elle trouvast à le voir , elle pouffa fi loin fes fcrupules, qu'elle s'obstina à luy défendre des visites afliduës: qui pouvoient porter arteinte à la réputation. Ce

ne pouvoit estre sans se faire violence mais tout ce que luy disoir fon coeut sen s'y opposant , luy cftoio fufpe&t & le Marquis fut contraint de fe soumettre à ce qu'exigcoic de luy la severicé de fa lageffe! L'obstacle qu'il crouva par là à fes defirs nc fit qu'irriter la passion, & elle devint toujours & plus empresfée , & plus violence. Il n'avoit de joye que dans les heures qu'il passoit chez elle , & comme il ne voyoit aucun jour à obr tenir de fon Pere le conseritea! ment qu'il eust souhaité, il se

contentoit

[ocr errors]

contentoic de l'affurer d'uno amitié érernelle , puis : qu'il eftoit assez malheureux! pour u’estre poinė maistre de fa destinée. Cependant la Damo ne negligeant rien afin de fora tir d'affaires, sc servit de fon crcdit pour avoir accés aqprés du Ministre. Elle cut le plaisir d'en estre écoutée fa. vorablement. La chofe done il s'agissoit avoit besoin d'une tres-forte application pour en developer les difficulccz, & pour bien connoistre l'équiié de fes deffenses , & le soin cn fut commis à un Finans

Fevrier 1694 X

« ForrigeFortsæt »