Billeder på siden
PDF
ePub

fore'de cadavre, va la nuit trom bler en dormant ceux avec les quels le cadavre pendant la vie Avoit eu le plus de familiarité, ele leur fait beaucoup de peines leur representant la figure du corps mort, quand il estoit vivant; .comme s'il les embrassoit, il les ferre est afforblia de telle maniere, qu'ils s'éveilleni & crient an feo cours , auquel temps on dit que ce Demon leur fucce le sang, pour le porter dans le cadavre, ego ceux qui fentent ces vexations, deviennent maigres & attenuez, e mesme en meurent ; ego ce Demon continuë jusques à ce que Fevrier 1694

B

tous ceux de cette Famile en meurent l'un aprés l'autre. Il faut "aufli sçavoir qu'il y a deux fortes de ces Esprits, o que les uns vont aux bestes, es les autres vont aux hommes , ego gou fuccent le sang.ee le portent dans les codavres humains, eg ce's bestiaux aussi en meurent ; ce qui caufet roit un grand ravage , tant sur les hommes que sur

les beftes, fi ou n'y apportoit pas

de remede. Or levemede.dont on fe fert, c'eff de porter avec soy du pain, a mesme d'un mangeri frais pestry, es cuit avec le sang qui fori de ces cadavres, & l'on s'en trouve

foulagé; y préservé de ce mal.?

Il est a remarquer que quand on fait la vifte, ou la revenë de ces corps morts, qui representent la figure de ceux qui ontparnen fonge, on les trouve dans leurs cercueils mols, flexibles, enflezi

rubiconds, ego non fecs ago arides , comme les autres corps morts , quoy qu'il y ait fore longtemps qu'ils soient morts seguir a

l'on trouve dans les fepulcres qui font de cette nature, on leur coupe la sèfte, coon leur ouvre le cæut , d'où il fore sine tres-grande abondance de sang, que l'on ramasse et mille avec de

ceux que

la farines

que l'on paistrit pour en faire de pain, dont on se feri dans la neceffité pour se garantir. d'une telle vexation. Il faut en. core remarquer qu'aprés leur ab voir coupé la ceste, cet esprit ne vaplus troubler en dormant ceux aufquels il apparoissoit auparaVABI lefquels fe gueriffeni, fe portent bien ensuite. Ceux qui font cette execution connoiffent souvent les vivans qui foni vexez, sans que ces derniers en fçachene la cause. Novissime his diebus , une Fille a effé lourmentée de cet Esprit en dormant, e la douleur qu'elle a ressensie

l'a éveillée en criant à l'aide. Elle a dir que cet Esprit lwy a represente la figure de la Mere qui estoit morte il y a long-temps. Ceste Fille déperissoit à vúë d'ail,

devenaie maigre aftenuée. Ona esté déterier cette Mere, gue. l'on a trouvées comme nous avons déja dit, molle , enflée, og rubiconde. On luy a coupé la reste ouvert le cour, d'où il est forti une grande abondance de sang; aprés quoy cette Fille est revenuë à elle, con le porte presentement fort bien. Et qui vidit hoc, icftimonium perhibuit . quia verum eft. Des. Prestres ver

« ForrigeFortsæt »