Billeder på siden
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

en cela , c'est que ces maîtres d'école si tendres sont, pour la plupart , des célibataires qui ne sont par cona séquent amoureux que des enfans d'autrui : cela doit faire douter un peu de la sincérité de cet amour, lequel n'est autre chose, au fond, qu'une grande manie d'écrire. Cette fureur de l'éducation date évidemment du farneux livre d'Emile , quia eti un si grand succes, et qui a si mal tenu ce qu'ils sembloit promettre en faveur de toute une génération naissante. Il a prouvé., trop clairement sans doute, que les hommes recherchent bien moins, dans un livre, l'utile que l'agréable, et se laissent toujours séduire par ses formes, sans ré fléchir au fond des choses. Il n'y a aujourd'hui qu'une voix sur l'extravagance d'un système d'éducation fonde sur une batute purement idéale. Mais il y a un avantage si évident en littérature à dire éloquemment des folies , qu'il n'y a pas à balancer pour le littérateur qui veut percer bien vîte, entre ce parti et celui de dire tout bonnement des clioses utiles. Il est bien avéré que le citoyen de Genève n'auroit pas également réussi à nous proposer une éducation raisonnable et d'une exécution possible. Rien n'est plus encourageant que cet exemple usáns doute, pour ceux qui veulent absolument se faire maîtres d’écoles et précepteurs de nos enfans; aussi, s'en présente t-il un nombre incroyable quirmalgré qu'ils aient été assez mal élavés eux-mêmes, n'en savent pas moins tout ce qu'il faut faire pour bien élever les autres. Tous ne sont pas éloquens, à la vérité, comme l'auteur d'Emile, et du moins il n'y a pas à craindre que leurs erreurs se propagent pur la voie du style. Nous avons heureusement affaire, le plus souvent, à des écrivains qui ne sont pas coupables de ce côté-là , et dont nous sommes tous les jours dans le cas de voir et de proclamer

[ocr errors]
[ocr errors]

l'innocence. L'empire et l'influence d'un beau style doivent paroître' une chose bien singulière, quand on songe que le philosophe genevois a pu ́réussir à faire un nombre immense de prosélites et d'enthousiastes, en insultant , à presque toutes les classes d'hommes", avec un mépris, une audace, quelquefois une brutalité sans exemple. Il a beau dire à tous les rois qu'ils sont d'odieux tyrans ; aux princes, que la naissance est un préjugé ridicule et funeste, aux prêtres, qu'ils sont d'indignes hypocrites qui avilissent le coeur de l'enfance avec leurs exhortations ; aux gens en place, qu'ils sont des fripons ou des imbécilles; aux bourgeois, qu'ils ne sont rien du tout ; aux laquais même, qu'ils sont les derniers des hommes après leurs maîtres ; à toute l'Europe enfin , qu'elle est peuplée d'hommes qui ressemblent à des bêtes féroces ; toute l'Europe sembloit répondre à tout cela comme le valet de la comédie : Monsieur a toujours le petit mot pour rire. Toute l'Europe étoit dans l'enchantement, moins quelques hommes bien clairs-semés, honteux d'avoir raison , et livrés pour cela à la dérision publique. Ou étoit la cause principale de cet enchantement ? Uniquement en ce que les injures du philosophe tomboient; avec une grâce charmante, à la fin des périodes les plus coulantes et les mieux arrondies; en ce qu'elles étoient toujours bien exprimées , sans embarras', sans amphibologie, et avec une telle clarté, qu'il n'y avoit pas moyen de les prendre jamais pour des complimens; en ce que jamais, jusqu'alors, le genre humain n'avoit été outragé avec une telle force de raisonnement, avec une dialectique plus serrée et plus entraînante. Le moyen, en effet, avec de tels prestiges, de ne pas aller au coeur des bêtes les plus féroces..... Il faut convenir que celles dont il s'agit, tout en 'montrant un fort bon

[ocr errors]
[ocr errors]

gout pour les belles plurases et le beau langage, donnoient cependant, en cette occasion, des preuves de quelque bonté. La férocité n'est pas ordinairement aussi endurante.

Mais à quelle époque éclatoient tant d'injurieuses déclamations contre les systèmes reçus de l'éducation publique et particulière ? Etoit-ce à l'issue d'un siècle barbare, sans génie, sans goût, sans politesse , etc.? Etoit-ce à une époque où on avoit perdu toutes les traces des bons principes, toutes les ressources classiques nécessaires pour former des hommes à la vertu, aux bonnes moeurs ; aux sciences et aux beaux arts ? Point du tout; c'étoit à l'issue du beau siècle de Louis XIV, siècle qui vivra dans la mémoire des hommes, tant que le Giel laissera subsister en eux l'amour de tout ce qui est bien; de tout ce qui a le caractère du vrai beau et de la véritable grandeur ; c'étoit à l'issue d'un siècle célèbre par l'apparition d'une race d'hommes remarquables par leur belle stature comme par leurs beaux génies : toutes choses qui étoient bien loin, sans doute , d'annoncer une race abåtardie et dégénérée entre les mains de l'homme. Il est vrai que la lumière de ce grand siècle commençoit à pâlir sous un règne nouveau , temps où écrivoit notre réformateur, mais qu'y avoit-il alors de mieux à faire que de raviver cette lumière, que d'opposer à la dégénération naissante des exemples encore récens, tirés d'une des plus belles époques de la civilisation humaine; que de rétablir dans toute leur pureté les principes de cette éducation forte et austère qui avoit Copéré de si grands, prodiges, et qui n'avoit laissé aucune carrière vide, de ces hommes supérieurs qui font l'honneur et l'orgueil des nations ? N'étoit-ce pas le comble de l'audace et de l'impertinence, que de dire,

.

[ocr errors]
[ocr errors]

quand on avoit les écrits des Rollin, des Fénélon,
des Jouvency, de fant d'hommes habiles à corinoitre
l'enfance et à la diriger, que de dite « que Péducation
» étoit encore un sujet tout neuf , que l'art de formet
is des hommes étoit oublié, qu'on ne connoissoit point
► l'enfance, qu'on s'étoit toujours égard de plus en plus
» en l'étudiant; que pour bien faire, il falloit faire tout
» le contraire de ce qu'on avoit fait jusqu'#lors, etc. s.
Et qu'avoit fait le nouveau maitre pour devenir si
expert en éducatiori, si clairvoyant dans les inchiriations
de l'enfance? Sa terrdresse pour elle lui avoit-elle
donné des lumières surnaturelles? Apoit-il fait sur
ses enfans et les enfans d'autrui d'heureuses expé-
riences ? Du reste, au monent où il écrivent, la so-
ciété étoit-elle assez avilio , assez malhelmetese, pour
qu'il y eût besoin d'y introduite de petits oufs, qui,
malgré leurs talens en menuiserie , auroient pu être
bons qu'à eux-mêmes, et qui, avec leur instinct niez
turet, se trouvant toujours en opposition avec l'homme
civilisé, ne pouvoient qu'entraîne la delocation de
la société?... Mais qu'importoit cette dislocation,
pourvu qu'on et un beau livre ? Qu'impor foit le sort
des générations, pourvu que les amateurs de périodes
fussent contens ?.. Heureusement les bons livres clas-
siques reprennent enfin le tang qui leur est dû On
peut admirer un moment véloquence insolen te et les
brillans paradoxes d’Emile; mais ori dorinë toute son
estime, toute sa confiance au Traite des Etudes du
savant, dui sage et modeste Rollin; on rèconnoît, pár

exemple, un véritable ami de l'enfance dans l'homme
qui s'exprime, ainsi qu'il suit, d'une manière si tou-
ehante et si religieuse, dans l'Avant - Propos de ĉe
même ouvrage :

«H ne me reste, dit-il, que de prier Dieu, dans

la main de qui nous sommes, nous et nos discours, de vouloir bénir mes bonnes intentions, et de rendre cet ouvrage utile à la jeunesse, dont l'instruction m'est toujours chère, et me paroît faire encore partie de ma vocation et de mon devoir dans le tranquille loisir que la Providence m'a procuré ».

Voilà de ces phrases qui, selon nous, reposent l’esprit de l'homme de bien, si long-temps troublé par des rêveries inquiètes et turbulentes, par la folle sagesse et la cruelle humanite de quelques écrivains, si habiles dans l'art de bien dire, si experts dans le mécanisme des mots au préjudice des choses, et voulant, à tout prix, être des prodiges dans l'art de discourir, au risque d'être des monstres en morale, ent politique, etc.

B.....X

IV.

Memorial de Théodore, avec cette épigraphe :

L'instruction fait tout : c'est la source féconde
De l'ordre, du repos , et du bonheur da monde.

CE

E Mémorial est l'ouvrage d'un écrivain qui , depuis long-temps, consacre ses travaux à l'instruction de la jeunesse. M. Edmond Cordier a déjà signalé son zèle pour l'éducation par un Recueil intitulé, , l'Abeille française. On peut diviser en plusieurs classes ceux qui composent aujourd'hui des livres pour l'enfance : les uns sont tout simplement des charlatans qui veulent tromper le public, et qui spéculent sur la tendresse, ou plutôt sur les foiblesses des parens; les

XI®, annde.

2

1

« ForrigeFortsæt »