Billeder på siden
PDF
ePub

LE CARILLONNEUR. AIR : Mon système est d'aimer le bon vin ;

ou de la Contredanse du Diable-à-quatre. Digue, digue, dig, din, dig, din , don,

Ah! que j'aime

A sonner un baptême! Aux maris j'en demande pardon. Dig, din, don, din, digue, digue, don. Les décès m'ont assez fait connaître, Préludons sur un ton plus heureux. D'un vieillard l'héritier vient de naître. Sonnons fort : c'est un fait scandaleux. Digue, digue, etc. La maman est gaillarde et jolie ; Mais l'époux est triste et catarrheux : Sur son compte il sait ce qu'on publie. Sonnons fort : il n'est pas généreux. Digue, digue, etc. De l'enfant quel peut être le père? N'est-ce pas mon voisin le banquier? Les cadeaux mènent vite une affaire. Sonnons fort : il est gros marguillier. Digue , digue , etc. Si j'osais, je dirais que le maire S'est créé ce petit échevin : Je l'ai vu chiffonner la commère. Sonnons fort : : je boirai de son vin. Digue, digue, etc. Je crois bien que notre grand-vicaire Aura mis le doigt au bénitier. Depuis peu ma fille a su lui plaire.

Sonnons fort, pour l'honneur du métier.
Digue, digue , etc.
Notre gouverneur a , je le pense,
Prélevé des droits sur ce terrain ;
Dans l'église il vient donner quittance.
Sonnons fort: monseigneur est parrain.
Digue, digue, etc.
Plus facile à nommer que ton père,
Cher enfant, quel bonheur infini!
Je suis sûr de te voir plus d'un frère.
Sonnons fort : et que Dieu soit béni!
Digue, digue, etc.

[merged small][ocr errors][merged small]

Arr: de la Pipe de tabac.
Nous verrons le temps qui nous presse
Semer les rides sur nos fronts ;
Quoi qu'il nous reste de jeunesse,
Oui, mes amis, nous vieillirons.
Mais, à chaque pas, voir renaître
Plus de fleurs qu'on n'en peut cueillir ,
Faire un doux emploi de son être,
Mes amis, ce n'est pas

vieillir.
Eu vain nous égayons la vie
Par le Champagne et les chansons ;
A table, où le cour nous convie,
On nous dit que nous vieillissons.
Mais jusqu'à sa dernière aurore
En buvant frais s'épanouir,
Même en tremblant chanter encore,
Mes amis, ce n'est pas vieillir.

Brûlons-nous pour une coquette Un encens d'abord accueilli, Bientôt peut-être elle répète Que nous n'avons que trop vieilli. Mais vivre en tout d'économie, Moins prodiguer et mieux jouir ; D'une amante faire une amie, Mes amis , ce n'est pas vieillir. : Si long-temps que l'on entretienne Le cours heureux des passions , Puisqu'il faut qu'enfin l'âge vienne , Qu'ensemble au moins nous vieillissions ! Chasser du coin qui nous rassemble Les maux prêts à nous assaillir, Arriver au but tous ensemble, Mes amis, ce n'est pas vieillir.

LES

BILLETS D'ENTERREMENT.

CHANSON DE NOCE.

AIR : C'est un lanla , landerirette.
Notre allégresse est trop vive ;
Amis, pendant nos ébats,
Sachez qu'un joli convive
Sent approcher son trépas.
Faut-il qu'à la fleur de l'âge

Il ait ce pressentiment!
Tous nos billets de mariage
Sont des billets d'enterrement.

Il sait que l'Amour le guette
Pour se venger aujourd'hui,

D'une querelle secrète
Qu'il eut vingt fois avec lui;
Rien que d'y penser , je gage

Qu'il meurt presque en ce moment.
Tous nos billets de mariage
Sont des billets d'enterrement.

Bientôt il prendra la fuite,
En tremblant se cachera ;
Mais l'Amour, á sa poursuite,
Dans son réduit l'atteindra.
L'un pousse un trait plein de rage ,

L'autre un long gémissement.
Tous nos billets de mariage
Sont des billets d'enterrement.

Par pitié l'Amour hésite;
Mais enfin , moins généreux,
Du trait, que l'obstacle irrite,
Il lui porte un coup affreux.
Dans son sang le pauvret nage ;

Adieu donc, défunt charmant!
Tous nos billets de mariage
Sont des billets d'enterrement.

On versera quelques larmes
Que le plaisir essuira;
Mais
pour

l'honneur de ses armes
Le vainqueur en parlera.
Car, mes amis, dans notre âge,

En dépit du sacrement,
Peu de billets de mariage
Sont des billets d'enterrement.

[ocr errors]

LA DOUBLE CHASSE.

AIR : Tonton , tontaine, tonton.
Allons, chasseur, vite en campagne ;
Du cor n'entends-tu pas le son ?
Tonton, tonton , tontaine , tonton.
Pars, et qu'auprès de ta compagne
L'Amour chasse dans ta maison.

Tonton, tontaine, tonton.
Avec nombreuse compagnie,
Chasseur , tu parcours le canton.
Tonton, tonton, tontaine, tonton.
Auprès de ta femme jolie
Combien de braconniers voit-on!

Tonton, tontaine, tonton.
Du cerf prêt à forcer l'enceinte,
Chasseur , tu fais le fanfaron.
Tonton, tonton, tontaine, lonton.

Auprès de ta femme, sans crainte,
Se glisse un chasseur franc luron.

Tonton, tontaine, tonton.
Chasseur, par ta meute surprise
La bête pleure, on lui répond :
Tonton , tonton, tontaine, tonton.
Ta femine, aux abois déjà mise,
Sourit aux efforts du fripun.

Tonton, tontaine , tonton. Chasseur, un seul

coup

de ton arme Met bas le cerf

gazon.
Tonton , tonton, tontaine, tonton.
L'amant , pour la moitié qu'il charme ,
Use de la poudre à foison.

Tonton , tontaine, tonton.

[ocr errors]

sur le

« ForrigeFortsæt »