Billeder på siden
PDF
ePub

Et vous prendre pour un garçon. Pour

qu'on n'dise pas qu'j'ai changé de marotte, Mam'selle , ôtez donc, ôtez votre culotte; Otez donc, ôtez votre culotte. Dépêchez, ou j'vais par dessus Vous faire un' boutonnièr? de plus. Mais v'là que j' vous tache, mam’selle; C'est la faute de vot' bertelle; Plus

que mon amour el' tenait: Bonsoir, j'ai remis mon bonnet. Sans étrenner rimettez tout dans la hotte , Mam'selle, r'montez, r'montez votre culotte; R’montez dunc, r'montez votre culotte. Mesdam', la morale est mon fort ; Or donc, notre habit vous fait tort; Ne prenez

c' costume nuisible Que pour tromper, si c'est possible , · Les homme's impurs qui sont l'effroi

Des jolis garçons comme moi. Autrement qu'ça, dit l'Saint-Père aux dévotes; Mesdam', ne mettez qu’la main dans les culottes ; Ne mettez qu' la main dans les culottes.

L'ORATOIRE D'UNE DEVOTE.

AIR : du roi d'Yvetot.

Bien malgré vous je suis entré,

Claire , et je ne puis croire Que ce lieu, si bien décoré,

Vous serve d'oratoire. Vous y priez matin et soir :

Aussi je veux dans ce boudoir

Tout voir.
Oh! oh! oh! oh! ah ! ah ! ah ! ah!
Le joli sopha que voilà,

La, la.
Quel est ce livre à filets d'or?

Un paroissien fidèle.
Quoi ! c'est l'infame !... Al! Claire, encor

Si c'était la Pucelle !
Ma dévote a choisi vraiment
Pour la mémoire un ornement

Charmant.
Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ali! ah!
Priez-vous dans ce livre-14?

La, la.

C'est en vain que vous vous fâchez,

Déroulons ces images.
Ce sont des saints que vous cachez?

Peste ! les beaux visages!
Ce n'est

pas le mot tout-d-fait, Mais ces tableaux sont d'un effet

Parfait.
Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ah! ah!
Tous les bienheureux

que

voilà !
La, la.
Que vois-je, orné d'une faveur,

Là dans votre corbeille ?
C'est un agnus?... Ah! doux Sauveur!

Sa taille est sans pareille.
C'est un... ma foi, c'est ressemblant,
Bien ferme,

bien
gros,

bien roulant,
Bien blanc.
Oh! oh! oh! oh! ah ! ah ! ah ! ah!
Quelle relique avez-vous là!

la.

La,

Claire , on voulait' nous marier,

Mais croyez-vous possible
Que mon cour ose défier

Un rival si terrible ?
Il est taillé pour vos attraits :
Combien mince je paraîtrais

Auprès !
Oh! oh! oh! oh! ah ! ah ! ah ! ah!
Rendez heureux ce monsieur-là !

La, la.

L'HERMAPHRODITE.

AIR : Trop de pélulance gate toul.
Admirez à la promenade
Ce petit être tant joli
Qui, près des jeunes gens est fade ,
Près des dames n'est que poli.
Son teint, reluisant de pommade ,

Par le carmin est embelli.
Joli petit fils, petit mignon,
Mâle ou femelle, je suis ton nom.

On le devine quand il passe ,
Autour de lui l'air est ambré,
Ses cheveux bouclent avec grace,
Son habit presse un dos cambré.
Comme une coquette un peu grasse ,

Dans un corset il est serré.
Joli petit fils, etc.

Bien qu'au rigide honneur des dames
Il n'ait fait tort d'un iota,
Plus d'une, par ses épigrammes ,
Maintes fois le déconcerta.

Il met des épingles aux femmes,

Et jamais ne leur en ôta.
Joli petit fils, etc.

Il est là-bas, à la poursuite
D'uu blondin digne de son choix;
Mais un vieil ami s'en irrite
Et l'entraîne au fond de ce bois.
L'Amour à notre hermaphrodite

A-t-il donné flèche ou carquois ?
Joli petit fils, etc.

Mais de savoir comme il se nom me
Après tout il est un moyen,
Puisque l'un des siens eut à Rome
Les bonnes graces d'Adrien.
Jadis échevins de Sodôme,

Ses aieux étaient gens de bien.
Joli petit fils, etc.

[ocr errors]

LA RELIQUE

DE SAINT-NICOLAS.

CHANSON POUR UNE FÊTE DE GARÇONS OU

SE TROUVAIENT DES FILLES.

AiR : du curé de Pomponne.
S'il est un grand saint, moi je crois ,

Qu'après Dieu c'est le nôtre;
Sa relique vaut mieux cent fois

Que celle d'un apôtre.
Mesdames , à juger le cas

Votre ferveur s'applique,
Quand de saint Nicolas,

Fit tant ,

Dans vos draps,
Vous avez la relique.
Elle est le trésor d'un garçon,

Et sous les courtes-pointes
Fille lui fait son oraison,

Sans avoir les mains jointes. Que de beautés, près des béats, Dévotes

par pratique,
Du bon saint Niculas,

Dans leurs draps,
Ont baisé la relique!
D'un tel crédit Satan jaloux,

malgré l'Eglise , Qu'à peine nous sommes époux ,

La relique se brise.
Avant d'en venir aux contrats,

Tendrons d'humeur pudique,
Du bon saint Nicolas,

Dans vos draps,
Usez bien la relique.
Angélique épouse un 'mari,

Et, faisail maigre chère,
Vient un garçon jeune et fleuri,

Fort sur le reliquaire.
L'époux redevient gros et gras;

Mais qu'a fait Angélique ?
Du bon saint Nicolas,

Dans ses draps,
Elle a mis la relique.
Certaine dame du grand ton,

Qui prêche l'adultère,
Parle des saints, le croira-t-on ?

Comme en parlait Voltaire.
Mais la nuit, abjurant tout bas ;

L'esprit philosophique,

« ForrigeFortsæt »