Billeder på siden
PDF
ePub
[ocr errors]

peinture est très-infidèle: Orosmane ne ressemble ni aux Turcs:, ni aux Scythes: ce n'est qu'un portrait de fantaisie : je ne crois pas que du temps des croisades il y ait eu des chevaliers aussi dénaturés, aussi insensés que Lusignan et Nérestan : leur injustice et leur brutalité n'est pas assurément ce qu'il y a de plus pathétique et de plus intéressant dans la religion chrétienne; et la conversion de Zaïre n'est qu'une dérision du christianisme.

:

Voltaire est beaucoup plus folâtre et plus bouffon dans un autre passage, qui peut servir de préservatif aux jeunes filles, contre les larmes et les sanglois qui les suffoquent quand elles assistent pour la première fois à une représentation de cette pieuse et touchante farce. «Tout le monde, dit Voltaire, me reproche ici que je ne mets point d'amour dans mes pièces; ils en auront cette fois-ci, je vous jure, et ce ne sera pas de la galanterie je veux qu'il n'y ait rien de si turc, de si chrétien, de si amoureux, de si tendre, de si furieux que ce que je versifie à présent pour leur plaire ou je suis fort trompé, ou ce sera la pièce la plus singulière que nous ayons au théâtre. Les noms de Montmorency, de SaintLouis, de Saladin, de Jésus et de Mahomet s'y trouveront on y parlera de la Seine et du Jourdain, de Paris et de Jérusalem; on aimera, on baptisera on tuera ». La volonté de Voltaire n'a pas été accom→ plie en tout; il vouloit qu'il y eût rien de si turc et de si chrétien que sa pièce par malheur, il n'y a rien dans Zaire de turc ni de chrétien : ; mais l'amoureux, le tendre le furieux n'y manque pas. Il ne se trompoit point, en disant que Zaïre seroit une singulière pièce; pour être exact, il falloit ajouter, par la folie. Quant aux noms de Montmorency

:

[ocr errors]
[ocr errors]

de Saladin, de Jésus, de Mahomet, etc., cela ne fait rien du tout au mérite d'une tragédie : le second acte, où ces noms sont le plus répétés, est le plus ennuyeux; on a même pris la liberté d'y rire, malgré l'importance des noms. Il en est de même de la Seine et du Jourdain, de Paris et de Jérusalem ; on peut en parler dans la plus mauvaise tragédie. Cette saillie burlesque, on aimera, on baptisera, on tuera n'est pas juste; l'auteur a sacrifié la vérité à la bouffonnerie; car on ne baptise point dans Zaïre; on parle beaucoup de baptême, il est souvent question de l'eau sainte, de l'eau salutaire; mais, dans le fait, il n'y a personne de baptisé : cela seroit même très difficile, puisque le sage et judicieux Nérestan, grand ami du cérémonial, imagine qu'il n'y a pas moyen de baptiser Zaïre comme il faut, à moins que le patriarche de Jérusalem, avec la croix et la bannière, environné de tout son clergé, ne se rende processionnellement au serail du soudan, pendant la nuit, pour répandre l'eau sainte sur la tête de la sultane favorite. Depuis qu'on écrit, il y a peu d'exemples d'une pareille démence; et cependant sans cette tentative nocturne pour baptiser pontificalement Zaïre, dans un sérail de musulmans, le dénouement devient impossible assurément le baptême de Zaïre ne presse pas, où s'il est pressé, Fatime peut fort bien la baptiser dans sa chambre j'oserois donc, pour remédier à ce faux exposé, on baptisera, proposer une autre manière de lire le passage: On aimera, on extravaguera, on tuera. Les adorateurs de Voltaire me sauront gré du soin que je prends pour corriger les distractions qui lui sont échappées.

"

:

G.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

LIES Es plus brillans prestiges de l'opéra s'évanouissent dès qu'on regarde derrière le théâtre : les tours de gibecière ne sont plus des miracles quand on sait comment ils s'opèrent. Les tragédies de Voltaire perdent tout leur charme quand on est instruit de la manière dont il les composoit: sa correspondance est la derrière du théâtre; ses lettres désenchantent ses pièces, l'homme fait tort à l'auteur.

C'est dans les épanchemens d'un commerce intime qu'il se moque lui-même de son pathétique forcé et de ses parades larmoyantes ; il rit des piéges qu'il tend à la simplicité du vulgaire, et paroît trèsétranger à tous les sentimens qu'il veut inspirer. Dans la combinaison de ses plans, dans l'arrangement de ses situations, il laisse voir la dextérité et l'artifice du jongleur plutôt que l'art du poète ; il met lui – même ses ruses à découvert : c'est Comus qui révèle le secret de ses prodiges, et qui fait rougir les spectateurs de leur admiration pour des puérilités.

Femmes sensibles, que Zaire attendrit jusqu'aux larmes, ne cherchez point à découvrir comment on vous trompe, puisque votre bonheur est d'être trompées; craignez de regarder Voltaire dans son cabinet, préparant, avec un sourire malin, les filets où il veut vous prendre; rassemblant autour de lui toutes ses machines dramatiques : ici les turs, là les chrétiens; la croix et les plumes d'un côté, les turbans et le

croissant de l'autre ; tantôt Jésus, tantôt Mahomet; Paris et la Seine à droite, Jérusalem et le Jourdain ́à gauche; mettant tous les sentimens, toutes les passions en salmis; la religion, l'amour, la galanterie, la nature, la jalousie, la rage pêle-mêle : espèce de chaos tragique où l'on fait l'amour et le catéchisme, où l'on baptise et l'on tue. Il y en a pour tout le monde ; il y a de quoi satisfaire tous les goûts peu de sens et de raison; beaucoup de tendresse, de fureurs, de déclamations; beaucoup de combats et d'orages du cœur. En voyant dans les lettres de Voltaire tout l'échafaudage de cette pièce turco-chrétienne, on est vraiment honteux d'être dupe de ce charlatanisme théâtral.

Ce qui m'étonne, surtout, c'est la foiblesse de l'auteur; c'est la facilité avec laquelle il se trompoit lui-même. Il croyoit bonnement avoir peint les mœurs turques, tandis que dans sa pièce il les contredit toutes; il s'imaginoit pieusement avoir tracé le caractère d'un scythe, et c'est celui d'un français, qui outre toutes les maximes de la galanterie parisienne. Ecoutez Voltaire, rien n'est plus franc, plus généreux qu'Orosmane; voyez la pièce, Orosmane est un amant trèsdissimulé, très-fourbe, qui tend à sa maîtresse un piége digne d'un vieux tuteur. Mais ce qui fait surtout éclater l'aveuglement déplorable de l'auteur, c'est la manière dont il justifie l'explication du quatrième acle entre Zaïre et Orosmane, dans laquelle, contre la nature de l'amour et la marche du cœur, T'amant, quoiqu'il ait entre les mains de quoi confondre sa maîtresse se contente de faire des exclamations :

,

Ah! la parjure!

Quand de sa trahison j'ai la preuve en ma main !

(

Voltaire avoit senti cette faute énorme ses amis lui en avoient fait le reproche; comment croyez-vous qu'il élude une pareille objection?" par une niaiserie dont à peine un enfant seroit capable; il répond' sérieusement: Imaginez-vous qu'Orosmane n'a plus le billet entre les mains, et l'a déjà fait donner à un esclave; quand il se trouve avec Zaïre, à qui il a toujours envie de tout montrer. Ces paroles de Voltaire sont bien faites pour humilier l'orgueil de l'esprit humain. Quel fonds peut-on faire sur sa raison, quand un si grand philosophe déraisonne à ce point sur les choses même de son métier ? Si Orosmane a réellement envie de tout montrer à Zaire, qui est-ce qui' l'empêche de satisfaire cette envie? Il n'a plus le billet entre les mains, dites-vous, il l'a déjà fait

8

donner à un esclave; mais ne peut-il pas avoir ce billet en un clin-d'œil, au moindre sigue, au premier ordre? Orosmane lui-même n'en est-il pas persuadé, lorsqu'il dit :

Quand de sa trahison j'ai la preuve en ma main.

1

C'est bien l'avoir en effet dans sa main, que d'avoir la faculté de se la faire apporter à l'instant même qu'on le voudra : il est trop évident, que si Orosmane montroit la lettre à Zaïre, comme il peut et doit le faire, comme Roxane la montre à Bajazet, comme Othello la montre à Edelmone, conime tout jaloux, dans la même position, la montrera toujours à l'infidèle qu'il voudra confondre, à moins que ce, jaloux ne soit un vieux renard, un espion plutôt qu'un amant; il n'y auroit plus ni dénouement ni cinquième acte.

Voilà pourquoi, du moment où la lettre fatale est arrivée, tout l'intérêt de Zaïre s'évanouit pour moi ;

[ocr errors]
« ForrigeFortsæt »