Billeder på siden
PDF
ePub

2201

PRÉFACE.

Les anciens et les modernes ont traité l'éloquence avec différentes vues et en différentes manières : en dialecticiens, en grammairiens, en poëtes. Il nous manquoit un homme qui eût traité cette science en philosophe, et en philosophe chrétien. M. l'archevêque de Cambrai nous le fait trouver dans ces dialogues qu'il a laissés.

On trouve dans les anciens de beaux préceptes d'éloquence, et des règles très délicates portées jusqu'à la dernière finesse; mais leurs principes sont souvent trop nombreux, trop secs, ou enfin plus curieux qu’utiles. Notre auteur réduit les préceptes essentiels de cet art admirable à ces trois qualités, à prouver, à peindre, à toucher.

Pour prouver , il veut que son orateur soit un philosophe qui sache éclairer l'esprit, tandis qu'il touche le coeur, et agir sur toute l'ame, non-seulement en lui montrant la vérité pour la faire admirer, mais encore en remuant tous ses ressorts pour la faire aimer; en un mot, qu'il soit rempli de vérités pures et lumineuses , et de sentiments nobles et élevés.

Pour peindre, il veut bien qu’un orateur ait de l'enthousiasme comme les poëtes, qu'il emploie des figures ornées, des images vives et des traits hardis, lorsque le sujet le demande; mais il veut que partout l’art se cache, ou du moins paroisse si naturel, qu'il ne soit qu'une expression vive de la nature. Il rejette par conséquent tous ces faux ornements qui n'ont pour que

de flatter les oreilles

par

des sons harmonieux, et l'imagination par des idées plus brillantes que solides. Il condamne non-seulement tous les jeux de mots, mais tous les jeux de pensées qui ne tendent qu'à faire admirer le bel esprit de l'orateur.

Pour toucher, il veut qu'on mette chaque vérité dans sa place, et qu'on les enchaîne tellement, que les premières préparent aux secondes, que les

pour but

secondes soutiennent les premières, et que le discours aille toujours en croissant, jusqu'à ce que l'auditeur sente le poids et la force de la vérité : alors il faut déployer les images vives, et mettre dans les paroles et l'action du corps tous les mouvements propres à exprimer les passions qu'on veut éxciter.

C'est par la lecture des anciens qu'on se forme le goût, et qu'on apprend l'éloquence de tous les genres; mais il faut du discernement pour lire les anciens, car ils ont leurs défauts. L'auteur sépare les véritables beautés de la plus pure antiquité, d'avec les faux ornements des siècles suivants; il nous fait sentir l'excellent et le défectueux des auteurs, tant sacrés que profanes, et montre enfin que l'éloquence des saintes Écritures surpasse celle des Grecs et des Romains, en naïveté, en vivacité, en grandeur, et dans tout ce qu'il faut pour persuader la vérité et la faire aimer.

Rien n'est plus propre que ces dialogues a garantir contre le goût corrompu du bel esprit, qui

[ocr errors]

ne sert qu'à l'amusement et à l'ostentation. Cette éloquence d'amour-propre affecte les vaines parures, faute de sentir les beautés réelles de la simple nature; ses pensées fines, ses pointes délicates, ses antithèses étudiées, ses périodes arrondies, et mille autres ornements artificiels, font perdre le goût de ces beautés supérieures et solides qui vont tout droit au coeur.

Ceux qui n'estiment que le bel esprit ne goûteront peut-être pas la simplicité de ces dialogues; mais ils penseroient autrement, s'ils considéroient qu'il y a différents styles de dialogues. L'antiquité nous en fournit deux exemples illustres : les dialogues de Platon et ceux de Lucien. Le premier, en vrai philosophe, ne songe qu'à donner de la force à ses raisonnements, et n'affecte jamais d'autre langage que celui d'une conversation ordinaire ; tout est net, simple et familier. Lucien, au contraire, met de l'esprit partout; tous les dieux, tous les hommes qu'il fait parler, sont des gens d'une imagination vive et délicate. Ne reconnoît-on

pas d'abord

que ce ne sont pas les

« ForrigeFortsæt »