Billeder på siden
PDF
ePub

Le

passage de Dryden , sur LA VIE HUMAINE (page. 81), a été imité par Voltaire (1). Ses vèrs sont très-beaux ; entre autres le suivant :

Nous ne vivons jamais, nous attendons la vie. mais il n'est

pas dans Dryden; il semble plutôt être la traduction de celui - ci : Not living, but intending still to live.

Hidelbrand Jacob. i

!

$

J'ai adapté, au BRILLANT SHILLING de Philips (page 83), des noms, des

moeurs et des usages français ; j'ai transporté la scène de Londres à Paris. La traduction en est dès lors devenue un peu moins littérale; mais la fidélité du traducteur consistait ici à plaire et à amuser : ai-je, en cela, imité l'original ?

LES FIGURES DE RHÉTORIQUE (page 99). Ce titre promet peu; cependant, si j'avais su approcher de Parnell, cette pièce serait une des meilleures du recueil. Nulle ne

(1) Ouvres de Voltaire; Kehl, in-8.°, tome 47, page 277

m'a paru plus facile à traduire : chaque vers anglais me semblait appeler le vers français ; et, si j'ai réussi, ce sera un exemple de ce que dit Pope :

There is a happiness as well as care,

Le conte de L'HERMITE (page 107) fait le sujet de l'avant-dernier chapitre du joli roman de Zadig. Voltaire y a fait des changemens que j'ai adoptés dans ma traduction. J'aurais voulu aussi donner. à mes vers la grâce inimitable de sa

prose!

On ne trouvera ici que quelques petites pièces de Prior, dont la première (p. 129) me parait la plus jolie et me semble se rapprocher de la manière de Voltaire. J'avais aussi traduit un conte très - original de Prior, intitulé the Nut - brown. Maid (la Fille aux cheveux châtains); sa longueur, il a plus de six cents vers, m'a empêché de l'insérer dans ce volume.

[ocr errors]

Avant de lire l'églogue de Gay, intitulée LA DISPUTE (page 137), je prie de jeter un coup-d'oeil sur la page 251 du premier volume de cet ouvrage, et sur la page 249 du second. On verra que Gay s'est amusé à faire des pastorales non pas absolument burlesques, mais tout-à-fait rustiques, dans les moeurs et le langage des paysans.

Florian a imité la première partie de la fable (page 115) dans celle qui est intitulée LA COQUETTE ET L'ABEILLE (1).

Je sollicite l'indulgence des dames pour les poésies de Swift (page 161). Son originalité devient quelquefois un peu

libre. J'ai dû, dans le petit poëme de ROSETTE ET MONDOR ( page 167), adoucir les traits d'un pinceau beaucoup trop hardi. Mes lectrices voudront bien ne pas perdre de vue que, composant une Poétique , je ne pouvais omettre une pièce aussi caractéristique , 'aussi

(1) Ouvres de Florian ; Didot, in-18, tonie 13, livre 1,-fable 12.

anglaise. J'ai même retranché, de l'original, plus de cent vers.

Pope est d'autant plus difficile à traduire que sa manière est presque française. Ses vers sont d'une perfection désespérante pour le traducteur, et qui ne lui laisse aucune excuse.

LA PRIÈRE UNIVERSELLE ( page 187) offrait encore plus de difficultés par

la sublime simplicité des pensées et l'harmonieuse précision du style.

Le Franc de Pompignan crut avoir remporté la victoire ; Voltaire prit soin de le désabuser (1).

Turgot s'est approché davantage de l'original ; mais il n'a pas adopté un mètre uniforme pour toutes les stances; il quitte souvent le ton de la prière pour celui des réflexions morales ; et sa pièce est une suite de quatrains philosophiques, plutôt qu'une ode lyrique (2).

Cette pièce a été traduite aussi

par un

(1) Quvres de Voltaire; Kehl, in-89., tome 46, page 1496 (2) Almanach des Muses, année 1796, page 151.

de mes frères. Nous nous étions rencontrés dans le rhythme des stances et dans un assez grand nombre de vers,

Ce frère, que je pleure encore, et dont il m'est doux et pénible de parler ici, était, avant la révolution, un des offciers les plus distingués du génie militaire. Il périt en 1794 , et n'avait pas

trente ans,

Le passage de L'ESSAI SUR L'HOMME (page 203) me paraît admirable. Duresnel l'a délayé en vingt - deux vers faibles et prosaïques (1).

M. de Fontanes est, à la fois, plus court, plus littéral et plus élégant (2).

LES CARACTÈRES DES FEMMES (p. 211). Cette satire est une galerie de portraits qui ont peu de liaison entre eux. Pope peint des nuances plutôt que des caractères. Il prétend, à la vérité, que les femmes n'en ont point. Ce poëme a

(3) @uvres choisies de Popei Paris Crapelet, 3 volumes iu-16, tome 1, Page 19.

(2) 'Même rolume, page 112..

« ForrigeFortsæt »