Billeder på siden
PDF
ePub
[graphic]

Le bon dieu me dit chante, Chante

pauvre petit .

PAR M. J. P. DE BÉRANGER.

TOME PREMIER.

CINQUIÈME ÉDITION,

AUGMENTÉE DE PLUSIEURS CHANSONS FAITES DEPUIS

SON PROCÈS.

BRUXELLES,

AUGUSTE WAHLEN ET COMPAGNIE.

A 3140

[ocr errors][graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

DE BÉRANGÉR Ést né à Paris, en 1980 , d'une famille pauvre, et qui ne doit à aucune distinc tion nobiliaire la particule qui précède son nom. Jeune encore il fut mis en apprentissage dans une imprimerie, et y apprit l'orthographe et les règles de la versification. C'est à quoi son éducation s'est bornée. Si l'éducation ne donne pas des aptitudes , elle les développe : aussitôt

que

M. DE BÉRANGÉR eut acquis l'art d'exprimer ses idées, il s'abandonna au penchant irrésistible qui l'entraînait vers la poésie. Des essais dans le genre élevé lui valurent, en 1804, la protection de Lucien, qui, ainsi que l'a si ingénieusement dit M. de Fontanes, était dans la famille des Bonaparte, ce que fut dans celle des Médicis, Laurent, proclamé père de Lettres. Lors de l'exil volontaire de

« ForrigeFortsæt »