Billeder på siden
PDF
ePub

ÉCOLE HOLLANDAISE. Cour REMBRANDT. 0600 GALERIE DE L'ERMITAGE.

[ocr errors][merged small]

L'exemple le plus étonnant d'une parfaite soumission aux volontés célestes est sans contredit le sacrifice d'Abraham. Dieu lui ayant dit : « Prenez votre fils, votre fils unique, celui qui vous est si cher; prenez Isaac, et allez en la terre de Moria : là, vous me l'offrirez en holocauste, sur une des montagnes que je vous dirai. » Le patriarche ne balança pas à obéir, et il partit avec son fils, ses serviteurs et le bois nécessaire. Puis, arrivé au lieu que Dieu lui avait indiqué, il dressa un autel, disposa le bois dessus, lia ensuite son fils Isaac, le mit sur le bois qu'il avait arrangé; puis il étendit la main, et prit le couteau pour immoler son fils. Mais une voix céleste l'arrêta en disant : « Je connais maintenant que vous craignez Dieu, puisque vous n'avez pas refusé d'immoler votre fils unique.

Rembrandt, dans ce tableau, s'est montré supérieur. Sa couleur est belle, son dessin assez correct, et l'expression est sublime. La tête d'Abraham est pleine de noblesse; elle montre à la fois l'effort de l'obéissance d'un serviteur de Dieu, et le déchirement du cœur d'un père; puis, par une nuance de finesse bien sentie, on aperçoit également le saisissement causé par l'ange dans l'ame du patriarche. Le peintre, voulant éviter une autre expression peut-être trop difficile à rendre, a placé la main d’Abraham de manière à ce qu'elle cacha entièrement le visage de la victime. La figure de l'ange est remarquable par la légèreté avec laquelle elle glisse dans les airs.

Ce tableau , gravé en mezzotinte par J. G. Haid, était alors en Angleterre, dans la collection de lord Walpole; il est maintenant à Saint-Pétersbourg dans la galerie de l'Ermitage. Haut., 4 pieds 5 pouces ; larg., 3 pieds 6 pouces.

DUTCH SCHOOL. 00000000 REMBRANDT. 000006 HERMITAGE GALLERY.

ABRAHAM'S SACRIFICE.

[ocr errors]

The most astonishing example of an entire submission to the divine will, is certainly Abraham's sacrifice. God said to him : « Take now thy son, thine only son, Isaac, whom thou lovest, and get thee into the land of Moriah ; and offer him there, for a burnt offering, upon one of the mountains which I will tell thee of. » The patriarch did not hesitate to obey; and he set off with his son, his servants, and the wood for the offering. Being arrived at the place which God had told him, Abraham built an altar and laid the wood in order, and he stretched forth his hand and took the knife to slay his son. But a voice called unto him from heaven , saying : « Now I know thou fearest God, seeing thou hast not with held thine only son from me. »

Rembrandt, in this picture, has surpassed himself : its co-
louring is beautiful; its design, pretty correct; and the ex-
pression, sublime. Abraham's head is full of dignity : it dis-
plays, at the same time, the obedience of a servant of the
Lord, and the heart-rending of a father: while, by a delicate
conception, finely rendered; the awe , which the angel excites
in the patriarch's soul, is also perceived. The painter to avoid
another expression, perhaps too difficult to be given, has so
placed Abraham's hand, that it wholly hides the countenance
of the victim. The figure of the angel is remarkable for the
lightness with which it glides through the air.

This picture, engraved in mezzotinto, by J. H. Haid, was
in England, in lord Walpole's collection. It is now in the Her-
mitage gallery at St. Petersburg.
Height, 4 feet 8 inches; width , 3 feet 8; inches.

[ocr errors]

ÉCOLE FRANÇAISE. 00000000 N. POUSSIN. cooooo CABINET PARTICULIER.

LA PÉNITENCE.

Poussin, pour donner une idée du sacrement de la pénitence, a représenté le moment de son institution. Jésus-Christ, étant à table chez Simon le pharisien , une femme, dont l'Évangile ne dit point le nom, vint près de lui, et arrosant de ses larmes les pieds du Sauveur, elle les essuyait avec ses cheveux, les baisait et y répandait du parfum. Simon, pensant que Jésus-Christ ignorait que c'était une pécheresse, le blâmait intérieurement de se laisser approcher par une telle femme; mais le Sauveur, connaissant sa pensée, lui dit : « Je vous déclare que beaucoup de péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a beaucoup aimé. » Puis, parlant à cette femme, il ajouta : « Vos péchés vous sont pardonnés, votre foi vous a sauvée : allez en paix.

C'est ce tableau que Poussin commença immédiatement après celui de la Confirmation; en l'envoyant à M. de Chantelou, il lui écrivait, le 4 février 1646 : « Je travaille maintenant à un Triclinium, qui, je crois, vous donnera du plaisir; après celui-là je ferai le Baptême de Jésus-Christ. » Mais il parait que Poussin interrompit son travail pour s'occuper du sacrement de Baptême, puisque c'est celui qu'il envoya le troisième, au mois de février 1647, tandis que celui de la Pénitence ne partit de Rome qu'au mois de juin. C'est alors qu'il écrivit : « Je vous envoie maintenant la Pénitence que j'ai terminée; je ne sais si elle suffira pour effacer la coulpe des fautes passées. Je ne vous ferai sur mon tableau aucun prologue, car le sujet y est représenté de manière qu'il me semble qu'il n'a pas

besoin d'interprète, pourvu seulement que l'on ail lu l'Évangile. » Larg., 5 pieds 4 pouces; haut., 3 pieds 4 pouces.

« ForrigeFortsæt »