Billeder på siden
PDF
ePub

ÉCOLE FRANÇAISE. cooooooo N. POUSSIN. 0cccccco MUSÉE FRANÇAIS,

PAYSAGE.

MORT D'EURIDICE.

Fils d'OEagre, roi de Thrace, et de la Muse Calliope, Orphée comme sa mère, fut célèbre par la beauté de sa voix. C'est lui, dit-on, qui introduisit en Grèce l'usage de la poésie et de la musique. Il épousa Eurydice, l'une des dryades; mais peu de jours après son mariage, cette jeune épouse étant à cueillir des fleurs avec quelques compagnes, fut piquée au talon par un serpent caché dans l'herbe, et périt peu de jours après. Le peintre a représenté cette scène dans le premier moment où la nymphe vient d'être piquée. On voit son effroi; une de ses compagnes, occupée à pêcher, a seule entendu ses cris. Les autres personnes, préoccupées, charmées par les sons harmonieux de la lyre d'Orphée, n'ont pas encore connaissance de l'accident. Le poëte lui-même n'a pas suspendu ses chants, parce que la figure de l'un des personnages, debout devant lui, l'empêche de voir sa malheureuse épouse.

Les figures de ce tableau ont sept ou huit pouces de hauteur.

Le

paysage est noble; mais, s'il était permis de faire un reproche à Poussin, on le blâmerait d'avoir placé dans le fond de son tableau une forteresse, qui a plus de rapport avec le château Saint-Ange qu'avec les constructions qui, dans l'âge d'or, pouvaient se trouver dans la Thrace, et d'où sort une épaisse fumée qui ne peut être produite que par l'explosion du canon.

On doit croire que ce paysage est celui que Poussin fit en 7659 pour le peintre Le Brun; il a été gravé par

Étienne Baudet, et fait partie d'une suite de quatre paysages dédiée à Louis XIV. Larg., 6 pieds; haut., 3 pieds 6 pieds.

FRENCH SCHOOL. 000c09c0oc N. POUSSIN. -000000000 FRENCH MUSEUM.

A LANDSCAPE.

THE DEATH OF EURY DICE.

Orpheus, the son of OEager, king of Thracia, and of the muse Calliope, was, like his mother, famous for the beauty of his voice. It was he, it is said, who introduced, into Greece, poetry and music. He married Eurydice, one of the Dryades. A few days after their nuptials, the young bride, while with her companions, gathering flowers, was stung in the heel, by a serpent lurking in the grass; and she died shortly afterwards. The painter has represented the scene at the moment when the nymph is wounded. Her consternation is visible : one of her companions, whilst occupied in angling, has alone heard her shrieks. The other individuals, delighted with, and attentive only to the harmonious sounds of Orpheus' lyre, have yet no knowledge of the accident. Even the poet has not interrupted his song, because the figure of one of the personages, standing before him, prevents his seeing bis unfortunate bride.

The figures, in this painting, are from seven to eight inches in height. The landscape is grand; yet, if it were allowable to blame Poussin, he would be found fault with, for having placed, in his back-ground, a fortress, which bears more resemblance to the castle of St. Angelo, than to the buildings, which, in the golden age might have been found in Thrace; and whence, also, appears a thick smoke, that could only be produced by the firing of canons.

It is presumable that this is the landscape, which Poussin did in 1659, for the painter Le Brun : it has been engraved by Stephen Baudet, and forms part of a series of four landscapes, dedicated to Lewis XIV. Width, 6 feet 4 inches; height, 3 feet 8 inches.

[graphic]

N Poussin piner

MORT D'EURIDICE

« ForrigeFortsæt »