Billeder på siden
PDF
ePub

DSDIK' A MONSEIGNEUR

LE DAUPHIN.

J V J N it94m

[graphic][ocr errors]

ON donnera toujours nn Volume nouveau du Mercure Galant le premier jour de chaque Mois, & on le vendra Trente fols relié en Veau Sc Vingt- cinq fols cn. Parchemin.

A PARIS, Chez G. DE LUYNE, au Palais, dans

la Salle des Merciers, à la Justice. .T. GIRARD.au Palais,dansla Grande

Salle t à l'Envie. Et MIGHEL B RUNET, Grand'SalIc du Palais, au Mercure Galant. *

M. DC. XCIV.

Avts Privilege

l

s' ——— . ,

Bayerfsche )

AVIS. •

Velques prieres qu'on ait

manquer toûjours. Cela est cause quily a de temps en temps quelquestins de ces Memoires dont on ne se peut servir. On reitere la mefmc priere de bien êet ire ces noms , ett forte qu'on ne s'y puisse tromper. Ott ne pend aucun argent pour les Me* moires, & Von employera tous les bons Ouvrages à leur tour ^pourvà qu'ils ne desobligent personne, & qu'U riy ait rien de liceniieux. On

y^/ faites jusqu'à present de bien 'ecrire lesnoms de Famille employe^ dans les Memoires qu'on envoyé pour ce Mercure, on ne laisse pas d*y

[graphic]

f rie seukment ceux qui les envoyent^ & sur tous ceux qui ri écrivent que four faire employer leurs noms dans r article des Enigmes, d'affranchir leurs Lettres de port, s'ils veulent qu'on fasse ce qu'ils demandent. C'est fort peu de chose pour chaque parti, culier, & le tout ensemble est beaucoup pour un Libraire.

Le sieur Brunet, qui debite pre. fentement le Mer curera rètably les choses de maniere qu'il est toujours imprimé au commencement de chaque mois. Il avertit qu'à f égard de s Envois qui se font à la Campagne, il fera partir les paquets de ceux qui le chargeront de les envoyer avant que l'on commence à -vendre icy le Mercure. Comme ces paquets seront plusieurs jours en chemin, Paris ne laissera pas d'avoir le Mercure

hng-temps avant qu'il soit arrive dans les Villes éloignées, mais auflì les Villes ne le recevront fat fi tard -qu'elles faisoient auparavant.Ceux qui se le font envoyer par leurs Amis fans en charger ledit Brunet-^ s'exposent à le recevoir toujours fort tard par deux raisons. La premiere, parce que ces Amis n ont pas foin de le venir prendre fi-tbt qu'il estìmpri, outre quille sera toujours quelques jours avant on en fasse le debit; Vautre, que ne Renvoyant qu après qu'ils t ont leu^ eux & quelques autres 'a qui ils le prefîent, ils rejettent la faute du retardement fur le Libraire, en disant que la vente rien a commencé que fort avant dans le mois. On évitera ce retardement par la voye dudit Sieur Brunet) fuis qu'il fi charge defaire

« ForrigeFortsæt »