Billeder på siden
PDF
ePub
[merged small][merged small][graphic][merged small]

A PARIS,
CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.

A BRUXELLES,

CHEZ LES PRINCIPAUX LIBRAIRES,

-0
1825.

[merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small]

Air du Vaudeville de Préville et Taconnet,

Ou des Chevilles de maître Adam.

Allez , enfans, nés sous un autre règne ;
Sous celui-ci, quittez le coin du feu.
Adieu ; partez, bien que pour vous je craigne
Certaines gens qui pardonnent trop peu.
On m'a crié : L'occasion est bonne,
Tous les partis rapprochent leurs drapeaux.
Allez, enfans; mais n'éveillez personne :
Mon médecin m'ordonne le repos.

Pour vos aînés

que
de
pas

et d'alarmes !
J'ai vu Thémis m’ôter mon plus doux bien ;
Car, en prison, le sommeil est sans charmes :
Près du malheur on ne dort jamais bien.
J'entends encore le verrou qui résonne,
Et dans ma main fait trembler mes pipeaux.
Allez, enfans ; mais n'éveillez personne :
Mon médecin m'ordonne le repos.

[ocr errors]

Si l'on disait : La gaîté vous délaisse , Vous répondrez ( et pour moi j'en rougis ) : « De notre père accusant la faiblesse, « Les plus joyeux sont restés au logis ». Ces égrillards iraient, d'humeur bouffonne , Pincer au lit le diable et ses suppôts. Allez, enfans ; mais n'éveillez personne : Mon médecin m'ordonne le repos. .

Vous passerez près d'une ruche pleine D'abeilles, non ; mais de guêpes, je crois. Ne soufflez mot; retenez votre haleine. Tremblez, enfans, vous qui jurez parfois ! Le dard caché, qu'à ces guêpes Dieu donne, A fait périr des bergers, des troupeaux. Allez, enfans; mais n'éveillez personne : Mon médecin m'ordonne le repos.

Petits Poucets de la littérature , S'il vient un Ogre, évitez bien sa dent. Ou, s'il s'endort, dérobez sa chaussure : De s'en servir on peut juger prudent. Non : Qu'ai-je dit? Ah ! la peur déraisonne, Tous les partis rapprochent leurs drapeaux, Allez, enfans; mais n'éveillez personne : Mon médecin m'ordonne le repos.

NOUVELLES.

LA MUSE EN FUITE,

OU MA PREMIÈRE VISITE AU PALAIS DE JUSTICE.

( Chanson faite à l'occasion des premières poursuites judiciaires exercées contre moi pour

la

publication de mon Recueil. )

Air : Halte là.

Quittez la lyre, ô ma muse !
Et déchiffrez ce mandat.
Vous voyez qu'on vous accuse
De plusieurs crimes d'état.
Pour un interrogatoire
Au Palais comparaissons.
Plus de chansons pour la gloire !
Pour l'amour plus de chansons !

Suivez-moi !

C'est la loi.
Suivez-moi, de par le Roi.

Nous marchons, et je découvre
L'asile des souverains.

« ForrigeFortsæt »